De-Vinh qui je suis!

Sur ce blog, vous pourrez trouver des informations aussi diverses que la fabrication d'étui en peau de varan, l'évolution de mon potager et des conseils de jardinage, des photos de mes voyages, etc etc...
A noter que "bo" veut dire boeuf en vietnamien ! On ne renie pas ses origines!

samedi 23 avril 2011

Part 38 A - Carnets vegetariens d'un apprenti


Hello,
aujourdhui 16e journee de forge,
j ai prepare la partie 38 B mais n ai pas le temps d aller au cyber, je poste donc un extrait ici avec quelques photos en attendant de trouver un creneau !


Ông Kin descend de la mezzanine à 7h pile. Il ne me dit jamais bonjour (comme sa femme, d'ailleurs - notez qu'elle a mis deux semaines avant de me parler, trois semaines pour me sourire, et six semaines pour rigoler!), pas plus qu'il ne manifeste le moindre plaisir de me voir (en fait souvent je ne sais même pas s'il me voit).


Une fois le petit-déjeuner servi, j'attends le signal pour entrer. Ce peut être, selon son humeur, un sifflement, un "oi!", un "vinh an com!" ou bien un "an com! (manger)".
Cette attitude "froide" est tout à fait normale dans ce pays, je m'y suis habitué! Mais avouez que cela vous surprendrait.


De manière générale, nous parlons très peu, voire pas du tout, lors de nos repas (surtout le matin). C'est d'ailleurs, je suppose, la raison pour laquelle il me tolère. Rappelez-vous qu'il m'a dit ne pas manger en famille car en plus d'être végétarien, il a besoin d'être au calme pour méditer.

Méditer? Parlons-en. Le bonhomme, entre deux bouchées de riz ou entre trois coups de marteau, médite en permanence. Parfois, alors que vous mangez, buvez, discutez ou forgez, il s'arrete. Il s'arrete, et, yeux ouverts ou fermés, assis en tailleur, il médite. Subitement, il passe dans un autre monde. Un monde où vous n'existez plus. Tout ce qui est autour (bruits et visuel) semble disparaître. Alors, dans ces moments-là (très fréquents), on se demande si c'est vous ou bien lui, qui êtes ailleurs...


Là aussi, passés les premiers repas, je m'y suis habitué, et respecte cette bulle de silence à tout moment où il le "demande" (donc en gros, s'il s'arrete de parler/manger, faites de même). En fait, moi, ça me plaît bien. D'ailleurs, c'est la première fois que je vois un Vietnamien qui mange aussi lentement que moi!

"Manger,
Fermer les yeux,
Ouvrir l'esprit"

Souvent, je ferme moi aussi les yeux et essaye de visualiser et agir dans l'ordre sur les muscles qui ont été sollicités ou qui sont douloureux - reins, épaules, bras, doigts,ainsi qu'il me l'a "appris" à plusieurs reprises. Ce qui est sûr, c'est que ça marche. Essayez, vous verrez!


Toujours est-il qu'il est tout à fait courant que nous ne prononcions pas le moindre mot durant une, voire deux heures. Nous buvons un thé ou un café, et commençons la journée à 8h.

"journée de forge,
Commencer fort,
Finir en douceur"







Ông Kin est aussi un personnage extrêmement sensible à toutes sortes de créations de la nature. Quelques exemples :

1) Le coup de la tomate

Un matin, nous trouvons une petite tomate intacte, flottant dans le bac de trempe. N'importe qui ici, l'aurait tout simplement jettée dans la rue. Mais ông Kin n'est pas n'importe qui. Intrigué, il se demandait comment cette tomate avait atterri là, puis, la lava et essuya soigneusement, et...la posa délicatement sur une pierre devant l'atelier, afin que quelqu'un puisse la récupérer. Étonnant, non?

2) Les fleurs de bougainvilliers

Au-dessus de l'atelier, il y a un immense bougainvillier, qui fait de l'ombre. De temps à autres, des fleurs tombent dans le bac de trempe. Ông Kin prend soin de les enlever à chaque fois, soigneusement. Pourquoi? Je n'en ai aucune idée.

3) L'oiseau

Un jour, pendant le repas, ông Kin s'interrompt soudain, sort, et va ramasser quelque chose sur la route. Intrigué, je m'approche, et vois qu'il a ramassé un petit oiseau. Il me dit qu'il a été heurté par un véhicule. L'oiseau est passablement sonné et immobile. Ông Kin passe lentement sa main au-dessus de l'oiseau, yeux fermés, murmurant quelque chose...comme lorsqu'il s'est coupé ou blessé aux mains. Puis il pose l'oiseau au pied du bougainvillier.
Une heure plus tard, je cherche l'oiseau...et ông Kin, tout souriant, me dit qu'il s'est envolé et qu'il est reparti! Belle histoire, non?

4) L'eau
Parfois, il peut passer un quart d'heure à observer un verre d'eau, le tournant, retournant, remuant, avec une concentration intense, comme s'il cherchait une réponse dans l'eau. Un mystère de plus...sans réponse.

Ces quatre exemples vous donneront une idée de la complexité du personnage...
Entre temps j ai egalement appris qu il faisait du kung fu et que sa specialite etait de lancer des couteaux...avant qu il se mette a la meditation ! mais c est une autre histoire ! suite aux prochains episodes...




2 commentaires:

  1. Salut Vinh,

    Le maître et l'apprenti
    Deux beaux sourires
    La forge
    Le destin

    Sans doute

    Pierre.

    RépondreSupprimer
  2. En effet une photo magnifique et la même posture i une vrai synchro.

    RépondreSupprimer