De-Vinh qui je suis!

Sur ce blog, vous pourrez trouver des informations aussi diverses que la fabrication d'étui en peau de varan, l'évolution de mon potager et des conseils de jardinage, des photos de mes voyages, etc etc...
A noter que "bo" veut dire boeuf en vietnamien ! On ne renie pas ses origines!

lundi 8 août 2011

part 54 - Co Huyen est une femme formidable


Co Huyen est une femme terrible. Terriblement taciturne (un peu moins que son mari, tout de même) mais surtout, terriblement attachante.

Cela fait des mois que j'avais ce texte en tête, je vous l'écris enfin.


Très souvent, quand vous emménagez chez une famille, que ce soit pour une semaine ou cinq mois, c'est l'entente avec mère de famille que vous appréhendez le plus. Je ne pourrais pas vous expliquer pourquoi, mais c'est le "problème" que j'ai rencontré le plus souvent.

Lorsqu'Ong Kin m'a proposé d'emménager chez eux, jamais il n'a demandé l'avis de sa femme (il ne lui parle jamais). J'avais donc toutes les raisons de craindre sa réaction et cette cohabitation avec cinq personnes (en comptant Ba Quyen qui loge ici).


en presque cinq mois, jamais on n aura forge autant de couteaux. la raison est simple, c est la fin de l apprentissage et il faut que je m entraine...


Pour em Duyen et em Thanh, leurs enfants, je ne m'en faisais pas trop. On aurait pu craindre que le fils d'ông Kin soit jaloux de ma présence ici à le "remplacer" (je vous rappelle que depuis son accident de moto il y a six mois, qui a failli être fatal, il ne peut plus utiliser son bras). Mais en fait pas du tout, car comme sa sœur, il voue une haine certaine et sans retour envers son père, et évite soigneusement toute confrontation avec lui. Dès le début, em Thanh était ravi de ma présence mais m'a toujours dit qu'il craignait que je ne puisse pas supporter son père aussi longtemps.

Quant à em Duyen, alias Puppet Doll, j'ai cru à un moment qu'elle serait en conflit avec moi pour toujours (sans que je sache pourquoi, d'ailleurs) mais finalement et subitement, tout s'est arrangé et elle est de nouveau redevenue la puppet que je connais, à savoir toujours souriante et rigolote (sauf en présence de son père). Heureusement, car sinon la vie en famille aurait été difficile! C'est toujours désagréable lorsqu'on est en conflit avec quelqu'un que l'on voit tous les jours. A vrai-dire, durant cette période elle était de mauvaise humeur avec tout le monde.

Puis, elle est de nouveau redevenue extremement désagréable avec moi. A vrai-dire, je m'en fiche un peu! Ah, la jeunesse.

Côté Ba Quyen, je ne me suis jamais inquiété car elle a toujours été très gentille avec moi même si je ne comprends jamais ce qu'elle me dit.

Quant à Ong Kin, c'est une autre histoire, que je vous raconterai plus tard. Une vie ne suffirait pas à cerner cet homme qui, je le pense vraiment, est réellement fou. Et ce n'est pas une façon de parler.


Or, Ong Kin, s'il est ouvert, genial et généreux avec certains inconnus (jonah, david, moi...), il se comporte totalement a l oppose avec sa propre famille, notamment parce q u ils mangent de la viande (...).

Ça va vous décevoir, mais c'est un fait. Ong Kin est vraiment dur avec sa famille. Cela fait onze ans qu'il en est ainsi. Difficile de comprendre pourquoi. En établissant les faits de manière chronologique et en discutant avec cô Huyen, il semble que ce soit lié à sa longue et grave maladie dans les années 90. Comme je vous le disais, il s'est guéri avec la méditation. Mais je crois qu'en s'enfermant dans la méditation, cet homme a buggué. Buggué ; c'est le terme!
Il s est cree un monde dans lequel les non-vegetariens ne sont pas toleres.


(Je continue ce texte, six semaines plus tard - j'ai depuis quitté Ong Kin et sa famille, puis y suis revenu)


deux photos pour mieux expliquer la difference entre les marteaux a pointe parallele et ceux a pointe perpendiculaire.


a gauche celui de Co Huyen, a droite le mien.

Je disais donc, que pour X raison et l'exprimant de diverses manières, je n'ai jamais vu Ong Kin montrer quoi que ce soit d'autre que du mépris pour sa famille. Paradoxalement, il parle beaucoup plus aux inconnus, plutot qu'à sa femme.

Mais nous reviendrons là-dessus plus tard - chaque chose en son temps.
Or, comme je l'écrivais, Co Huyen est une femme formidable.
Dévouée à ses enfants, et dévouée à son mari par crainte de représailles ou par principe (je ne sais pas trop), je l'ai toujours vue comme une barrière, un tampon entre Ong Kin et leurs enfants.

Je l'ai souvent vue malheureuse (mais au Vietnam on ne laisse jamais transparaître sa tristesse, on rigole), notamment lorsqu'ong Kin est trop dur avec leurs enfants, ou bien lorsque le fils répétait sans cesse "je vais le tuer" (la seule et unique fois ou je l'ai vue pleurer lorsque je lui ai demandé qu'est-ce qui se passait). Les seules fois ou elle me disait qu'elle était contente, c'était les rares après-midi ou l'on ne forgeait pas.


Une photo pour vous montrer que sur les grandes lames la main touche presque la piece de metal brulant.

Car Co Huyen déteste forger. Forger n'était pas prévu au programme. Lorsqu'elle et Ong Kin se sont mariés, Ong Kin donnait des cours de kungfu et de taichi, et travaillait en tant que mécano auto. C'est après sa maladie qu'il a repris la forge, et c'est à ce moment-là qu'il a obligé sa femme à travailler avec lui.
Co Huyen trouve la forge très fatigant. Sans elle, Ong Kin ne pourrait pas forger. Il a eu beau me dire que oui, si elle n'était pas là, il forgerait tout seul, mais je ne l'ai jamais cru. Il dépend entièrement des bras de sa femme, et ne lui pardonne rien. La moindre erreur lui vaut systématiquement un regard noir ou des propos que je ne vous traduirai pas. Si elle a le malheur de s absenter pour trois minutes, ne serait ce que pour LUI acheter a manger, meme chose...meme regard.

Souvent, co Huyen me dit qu'elle est très malheureuse et qu'elle ferait mieux de venir en France avec moi et de trouver un mari.

Elle et moi rigolons souvent. C'est avec elle que j'ai progressé le plus en vietnamien (lorsqu'elle n'est pas de mauvaise humeur), mais elle me dit tout le temps que "répondre à mes questions, c'est encore plus fatigant que de forger".
Un soir je lui désignai le frigo en lui demandant comment ça s'appelait. Elle regarda le frigo avec l'étiquette de la marque collée dessus, et me répondit très sérieusement "TOSHIBA!!"...


Souvent, très souvent, elle trouve que je n'apprenais la langue pas assez vite ; hélas, seuls les voyageurs peuvent se rendre compte de la difficulté d'apprendre une langue sans en avoir le temps.

Parfois on fait les courses ensemble mais très souvent elle prend un malin plaisir à aller au marché sans me prévenir, ou bien à profiter du moment ou je suis occupé. Dès lors que je cours pour apparaître discrètement derrière elle, elle fait toujours comme si de rien n'était.


Un couteau avec manche en bruyere francais

Au marché, j'apprends les noms des légumes, et lui désign ce que je veux manger.
Elle prépare les légumes entre deux coups de marteau et/ou à chaque fois qu'ong Kin se repose (ce qui fait qu'elle ne se repose jamais - elle dort 4-5h par nuit). Pour chaque repas, elle prépare au moins 3 plats de légumes pour nous, et deux plats avec viande pour elle et ses enfants.
Elle cuisine vraiment très bien. 300 repas végétariens avec Ong Kin, et ne me suis jamais lassé. Je n'ai jamais vraiment compris pourquoi elle se donne autant de mal pour cuisiner pour son mari, celui ci ne lui témoignant aucune gratitude et critiquant systématiquement sa cuisine. Un jour nous mangieons tous ensemble avec Jonah, et Ong Kin a dit devant sa famille "dommage que Co Huyen ne sache pas cuisiner, j ai une amie qui sait cuisiner mais elle n est pas la". Mais lorsqu'ong kin n'aime pas un plat, il ne le lui dit jamais (il le dit à moi) - Ong Kin ne parle jamais à sa femme car il me dit toujours "qu'elle est censé le savoir"...


Comme vous le savez, cô Huyen vend du bois et du charbon. Parfois nous déchargeons 16 stères (400 fagots de 10kg) à 7h du matin ou 22h. Une fois, nous étions vraiment fatigués, et une fois tout déchargé, elle rigole et me tend un billet de 2000vnd (7 centimes d'euro) en guise de salaire. J'étais tellement content que j'ai écrit la date sur le billet et je l'ai gardé!!

Lorsqu'au début j'avais mal au dos à force d'aiguiser des couteaux à ras du sol sur un tabouret pour nain de jardin, elle faisait mine de prendre son marteau et me disait "deux coups, et c'est fini, plus de maux de dos!!".


Hier, rigolant de me voir aux commandes de la forge (je forge avec elle et/ou Thanh) et de me voir suer à tel point que ça me pique les yeux et que je doive essuyer le manche du marteau, elle s'absente et un moment et revient avec un verre d'une boisson couleur rouge/pourpre. Étonné j'en avale quelques gorgées et c'est plutôt bon mais je n'arrive pas à l'identifier, c'est dilué avec de l'eau , beaucoup de sucre et des glaçons, et un peu alcoolisé. On dirait du sirop. En fait, après explications, c'est...du vin !! Ah d'accord on me fait boire du vin sucré pour forger - ça va choquer les puristes!
Le matin, elle se lève avant 5h. Elle allume le feu pour faire bouillir l'eau, lave à la main le linge de toute la famille (parfois lorsque j'étais trop fatigué le soir, elle prenait mon linge de force pour le laver), achète des légumes pour le petit-déjeuner, prépare le petit-déjeuner (pho xao, bun canh, chao ngo...) pour ong Kin et moi. Puis il est temps de préparer la forge, les sacs de charbon à vendre (lorsqu'on forge et que des clients viennent acheter du charbon, pas le temps de peser, alors elle prépare les sacs à l'avance), balayer la maison.


Je n'ai jamais vu sa fille de 17 ans faire quoi que ce soit d'autre que se maquiller et dormir.

Puis, on forge...lorsqu'Ong Kin fait une pause vers 10h, cô Huyen achète les légumes pour midi et prépare les plats. Une fois que tout le monde a mangé c'est encore à elle de faire la vaisselle, et elle pourra enfin se reposer une petite heure, avant qu'ong Kin reprenne le travail.



En fin d'après-midi, même chose, courses et cuisine pour le repas du soir, vaisselle, lessive...cô Huyen termine sa journée à 21h. Mais elle ne dormira pas tant que ses deux enfants ne sont pas rentrés, c'est-à-dire vers 23h.
De plus, un jour sur trois, ba Quyen quitte la maison à 02h30 du matin (!) pour aller vendre ses chapeaux au marché à 60km en bus...donc cô Huyen doit se lever pour aller lui ouvrir et fermer le rideau métallique à côté de mon lit suspendu. Puis elle se recouche...pour se lever deux heures plus tard et recommencer une nouvelle journée identique.

Voilà, vous savez tout d'une journée typique. Dans les familles ou j'ai dormi, c'était à peu près la même chose...la fatigue de la forge en moins!!


C'est aussi cô Huyen qui s'occupe de payer tout ce qui concerne la maison. Elle et ong Kin séparent soigneusement tout revenu forge/vente de bois et charbon et se remboursent le moindre centime...
S'il y a la moindre démarche à faire, ou la moindre chose à penser/acheter, ne serait-ce qu'aller chercher un colis pour ong Kin lui-même, c'est toujours elle qui ira, car à part nos balades en moto, je ne l'ai jamais vu s'éloigner de sa maison de plus de vingt mètres. Véridique.


C'est pourquoi j'ai beaucoup, beaucoup d'admiration et d'affection pour cô Huyen que je trouve réellement courageuse. Vous savez, au cours de mon voyage, beaucoup de gens (hommes et femmes) m'ont dit que s'il est courant qu'un homme ait deux "femmes" (il y a même l'expression "prendre une deuxième femme" dans le dictionnaire!!), en revanche lorsqu'on parle d'une femme qui partirait du domicile familial, on me fait toujours la meme mimique : un couteau sous la gorge. Je vous laisse en deviner le sens.


Sous ses airs bourrus, cô Huyen est une femme très maternelle ; elle a craint perdre son fils deux fois (une fois lorsqu'il s'est fait poignarder entre les côtes, l'autre fois lors de son accident) et s'inquiète beaucoup autant pour lui que pour moi.
Elle me dit que lorsque je partirai elle sera triste de se retrouver de nouveau seule tous les soirs (ses enfants sortent tous les soirs) sans personne à qui parler.
Elle me manquera, c'est sur !

--
Galerie noir et blanc
http://www.flickr.com/photos/vinhlecao/

Blog "Une Vie Bovinh"
http://une-vie-bo-vinh.blogspot.com/

Stages photo (reportages et tirage), labo 35mm sous Terre :
http://35mm-sous-terre.blogspot.com/

Recettes de la famille et des amis, testées et approuvées:
http://recettes-en-fete.blogspot.com/



2 commentaires:

  1. hehe, beau portrait, un peu decousu au debut mais on te le pardonnera :) combien de jours te reste t il??

    RépondreSupprimer
  2. Salut Vinh,

    Elle n'est pas la seule à être formidable et attachante :)

    Bonne............fin de forge !!!

    Pierre.

    RépondreSupprimer