De-Vinh qui je suis!

Sur ce blog, vous pourrez trouver des informations aussi diverses que la fabrication d'étui en peau de varan, l'évolution de mon potager et des conseils de jardinage, des photos de mes voyages, etc etc...
A noter que "bo" veut dire boeuf en vietnamien ! On ne renie pas ses origines!

lundi 22 août 2011

Part 57 - Appel aux dons


> Part 57 - Juste Merci
>
> Merci à vous. Juste merci. À la fin de ce mail, vous saurez pourquoi.
>
> Mais pour l'instant j'aimerais vous parler de Chi Oanh. Je profite de
> ces deux jours de Têt pour rattrapper mon retard sur des sujets qui me
> tiennent à cœur. D'ailleurs il ne me reste que quelques jours à Cao
> Bang alors je me repose et me prépare à quitter cette ville ou,
> croyez-le ou pas, j'ai passé 6 mois!
>
> J'ai mis deux mois pour vous faire le portrait de cô Huyen, je vais
> essayer de faire plus rapide pour Chi Oanh.
>
> Comme vous savez, Chi Oanh est une amie que j'ai rencontrée il y a
> trois mois, et avec qui je sors lorsqu'elle n'a pas trop de travail
> (ainsi qu'avec ses collègues Chi Huong, Chi Ngoc, em Huyen).
> Très vite elle a eu le courage de m'annoncer sa séropositivité tout en
> craignant que, comme c'est de mise ici (semble-t-il?) je la rejette.
> Elle m'avait d'ailleurs dit "si tu ne veux plus me fréquenter et
> manger avec moi, je le comprends".
>
> Evidemment il n'en a jamais été question. Je trouve ça assez terrible
> de savoir qu'une personne déjà en difficulté en termes de santé, est
> en plus rejettée. Soi dit en passant il faut vraiment croire qu'ici le
> sida et la mort en général, sont appréhendés totalement différemment.
>
> Par exemple, sachez que lorsque le fils d'Ong Kin a eu son accident,
> sa grand-mère paternelle disait "de toute façon il est presque mort,
> cela ne sert à rien de dépenser des frais d'hopital pour rien". La
> plupart des gens considèrent toujours que c'est de sa faute car pour
> eux, "c'est un mauvais garçon et beaucoup d'argent a été dépensé pour
> son accident, il ne le mérite pas".
>
> Ong kin (qui gagne dix fois plus que sa femme mais ne lui reverse
> jamais rien malgré qu'elle forge avec lui - même pas les frais de
> nourriture -) n'a pas déboursé le moindre centime pour son fils pour
> l'hopital (il n'est d'ailleurs même pas allé le voir durant sa
> convalescence), alors que sa femme a dépensé toutes ses économies,
> plus de 5000 euros, une vraie fortune dans ce pays! Ce qui fait que
> maintenant elle gagne tout juste par jour (en vente de charbon) ce
> qu'elle dépense pour toute la famille, ong kin y compris. Quand vous
> savez que cette vente ne lui rapporte que 20c d'euro par fagot de bois
> et par kilo de charbon, vous vous doutez que la vie n'est pas facile!
>
> Partant de là, pas étonnant que personne ne soutienne chi Oanh. Comme
> vous savez on assimile le sida à prostitution/drogues/mauvaises
> personnes.
>
> Chi Oanh est extérieurement pleine de vie mais intérieurement très
> triste. Comme je vous l'ai dit, dans ce pays il est difficile de
> cerner l'état d'esprit des gens puisque la tristesse ne doit pas se
> montrer.
> Comme cô Huyen et comme des millions d'autres personnes dans le monde,
> je la trouve très courageuse de ne pas baisser les bras étant donné
> son quotidien.
>
> Au début je ne réalisais pas à quel point ses conditions de vie
> étaient difficiles. J'ai visité une seule fois sa maison (avec les
> ragots ici, il vaut mieux éviter) et en ai été ému car comme elle me
> l'a dit en souriant "tu vois, il n'y a rien". Un lit, un canapé, une
> télé...pas d'eau chaude pour se laver (ce qui pour une personne en
> bonne santé ne pose pas de problème, peut l'être pour une personne
> comme chi Oanh qui est déjà très faible physiquement et pour qui le
> moindre rhume peut s'aggraver). Seul point positif, la proximité de
> ses beaux-parents, chez qui elle peut manger (mais ils ne branchent
> pas le chauffe-eau en été car ils disent que ça coute trop cher).
>
> Chi Oanh a découvert sa séropositivité en 2005. Elle a eu une période
> assez grave puis avec un traitement elle s'en est remise. Maintenant
> elle suit un traitement quotidien. Les avis des médecins sont
> partagés. Certains disent qu'elle a deux ans à vivre, d'autre cinq ans
> (si elle ne travaille pas, garde sa joie de vivre, et suit ses
> traitements). Un autre (le dernier, un médecin américain) dit que si
> elle tient trois ans elle pourrait avoir accès à d'autres traitements
> et surmonter la maladie.
> Ce dernier l'a encouragée à faire des analyses à Hanoi (280km) mais
> elle ne veut pas y aller car c'est loin, cher, et elle n'a personne
> pour l'accueillir.
>
> Enfin, je n'ai pas exactement tout retenu et ai peut etre mal compris,
> mais ses analyses ont montré qu'elle avait un taux de 300 (? 300 quoi?
> Globules?) dans le sang. À 200 c'est la mort, et une personne saine en
> aurait 10 000 (?).
> En outre elle n'a pas assez de sang, et le médecin lui a conseillé
> d'acheter du sang et se le faire transfuser. Hic : elle n'a jamais
> voulu car c'est très cher, 30euros les 400ml (il lui en faut deux).
> Par contre ça améliorerait son état. Eh oui, ici lorsque vous avez
> besoin de sang il faut le payer au prix fort.
> Je ne suis pas médecin et elle non plus ; je me contente de vous
> rapporter ce qu'elle m'a dit.
>
> Au Vietnam, parler d'argent est d'une facilité déconcertante et, pour
> des gens comme Jonah et moi, dérangeante. Parler d'argent est aussi
> banal que parler du beau temps. On passe son temps à vous demander
> combien vous avez payé vos chaussures, combien vous gagnez par mois,
> etc. Pas seulement à moi, non, à tout le monde : voisins, inconnus,
> collègues. Jonah et moi avions vite trouvé la parade, qui consiste à
> annoncer des sommes farfelues pour décourager toute question.
>
> C'est pourquoi je sais que chi Oanh, en travaillant 10h par jour, a un
> revenu fixe de 42 euros/mois, ce à quoi il faut ajouter 0,80euro par
> habit commandé. Chi Oanh est une couturière. Un haut sur mesure coute
> 100 000vnd (3,60euro) tissu compris, et chi Huong (la patronne) lui
> reverse 22 000vnd de cette somme.
> Grosso modo il faut sept-neuf heures de travail pour coudre deux
> hauts. En travaillant bien elle peut donc coudre trois, voire 4 hauts
> (3 euros) par jour car il est très fréquent qu'elle finisse la couture
> à minuit chez elle, ou bien qu'elle couse à 4h du matin pour prendre
> un peu d'avance.
>
> Au maximum, tout compris, mon amie peut gagner 110 euros par mois. 2/3
> de cette somme sont réservés à payer les études de son fils (repas et
> lycée) qui vit chez sa tante. Le tiers restant est pour elle, pour
> manger. Pas étonnant qu'elle ait hésité à faire réparer son phare pour
> 10 euros, et qu'elle ne veuille pas acheter de poche de sang.
>
> En fait, si je lui avais jamais posé la question, je ne me serais
> jamais douté de tout ça. Car lorsque nous sortons avec ses collègues
> ou tous les deuxelle refuse toujours que l'on paye. Les rares fois ou
> elle accepte que je l'invite c'est lorsque l'addition est très
> légère...car elle considère que en tant que voyageur c'est à elle de
> m'inviter et pas le contraire...
>
> En fait, beaucoup de gens qui m'entourent vivent de cette façon,
> c'est-à-dire gagner tout juste assez pour s'acheter à manger le même
> jour. Pas d'économies sous le matelas, pas de compte en banque. Ici le
> métier de forgeron rapporte dix fois plus que le métier de couturière.
>
> Chi Oanh est une battante. Les medecins disent que si elle veut vivre
> plus longtemps elle devrait arreter de travailler. Mais elle me dit
> que c'est impossible car sans travail, pas de revenus pour elle et son
> fils (17 ans). Sa famille est au courant de sa maladie mais ne lui
> donne pas de soutien financier (ni moral, d'ailleurs).
>
> Tout ceci, et le fait qu'elle n'ait jamais accepté d'argent de ma part
> (y compris lorsque j'ai proposé de lui payer la réparation du phare),
> m'ont conforté dans un projet que j'avais en tête depuis longtemps.
>
> C'est presque la fin de ce voyage de 256 jours. En restant chez Ong
> Kin j'ai pu finalement rester trois mois de plus avec la somme prévue
> pour cinq mois. J'avais tout pris en liquide. Il me reste tout juste
> de quoi rentrer à hcm ou je retirerai de quoi payer les diverses
> dépenses de départ : envoi de tout ce qui est lourd par transporteur
> bateau, divers achats pour la famille etc.
>
> Après avoir tout compté et recompté j'ai donc décidé de donner
> 1million de dongs (35 euros) à chi Oanh. Elle a refusé plusieurs fois
> mais j'y tenais. La bonne nouvelle c'est que cela va payer une poche
> de sang, et que son beau-frère a proposé de payer la poche manquante!
> La mauvaise, c'est que je n'ai pas (ici) les moyens de lui donner plus
> en mains propres.
>
> Donc j'ai réfléchi, et j'ai décidé d'utiliser une grande partie de vos
> adhésions à Vie Bovinh, pour verser une petite pension à chi Oanh. Le
> montant total de vos adhésions est d'environ 500euros. J'ai déduit 100
> euros pour l'achat des bandes de ponçage pour Ong Kin, et 100euros
> pour quelques frais concernant mon voyage. Jusqu’à maintenant je n'ai
> pas touché à cette somme car ma carte bancaire est à hcm. Une fois là
> bas je pourrai la retirer et la donner à une personne de confiance qui
> pourra lui envoyer des mandats mensuels de 35euros. Cela durera
> environ dix mois, après quoi je trouverai une autre solution (par
> exemple déduire 5% ou 10% de la vente de mes tirages).
>
> Vous avez été nombreux à adhérer à Vie Bovinh. Le but était de me
> soutenir moralement, et aider financièrement d'autres personnes. C'est
> ainsi que j'ai pu offrir des dictionnaires, et également distribuer
> plus de 150 tirages numériques. Maintenant je pense que vous serez
> tout à fait d'accord pour que cette somme soit versée petit à petit à
> chi Oanh, car cela peut lui permettre de se reposer un peu plus, ou
> bien d'acheter des médicaments, de manger mieux, etc.
>
> C'est pourquoi je remercie ici tous ceux qui ont adhéré à vie bovinh
> (certains l'ont même fait deux fois!) et également ceux qui ont
> exprimé le souhait d'adhérer mais qui n'en ont pas les moyens. Et je
> remercie également tous ceux qui ont pris le temps de m'écrire ou
> m'envoyer un mail durant ce voyage, car le soutien moral a tout autant
> de valeur!
>
> Juste merci, donc. Pour ceux qui désirent apporter leur soutien,
> sachez qu'il sera intégralement reversé à chi Oanh et que 10 euros
> équivalent à trois jours (30h) de travail. Pour cela il suffit de se
> rendre sur le blog vie bovinh et de cliquer sur l'onglet "adhérer" en
> haut à droite. Un compte paypal n'est pas obligatoire, une carte
> bancaire suffit. Comme je rentre bientôt vous pouvez aussi m'envoyer
> un chèque à Barre des Cévennes.
>
> Comme je l'ai appris (et pour cause!) il faut battre le fer pendant
> qu'il est encore chaud!
>
>
> --
> Envoyé par Vinh Lê Cao dans Une vie Bo-Vinh le 8/15/2011 07:17:00 PM

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire