De-Vinh qui je suis!

Sur ce blog, vous pourrez trouver des informations aussi diverses que la fabrication d'étui en peau de varan, l'évolution de mon potager et des conseils de jardinage, des photos de mes voyages, etc etc...
A noter que "bo" veut dire boeuf en vietnamien ! On ne renie pas ses origines!

mercredi 31 août 2011

Part 58 - Depart de Cao Bang

250e jour de voyage. Je vous écris ce post depuis Sa Déc, delta du mekong. C'est là que mon voyage avait vraiment commencé...

Le bilan de ce long voyage serait trop long a taper pour l' instant...alors en attendant je vais déjà vous raconter les dernières semaines...J'ai quitté Cao bang il y a dix jours. Finalement il n'y a pas eu d'adieux avec ong kin alors je n'ai pas eu l'impression de laisser beaucoup de choses derrière moi, comme on aurait pu le craindre...

Pour certaines raisons donc, je pense que j'ai vexé le maître de forge et que son amour-propre en a pris un coup...en conséquence de quoi il s'est fermé comme une huître et toute communication a été impossible par la suite. comme moi-même j'en avais assez de ses sautes d'humeur, je n'ai rien fait de mon coté pour régler la chose.

J'ai donc passé les cinq derniers jours à profiter de la ville et de ses habitants. Bizarre de dire au revoir a des gens que vous voyez quotidiennement depuis six mois!! Mon regret est que les femmes Nung chez qui j'avais dormi a Phuc Sen (Minh, Hop,...) aient disparu depuis trois mois car elles sont retournées dans leur village s'occuper de leurs plantations. Je ne les ai jamais revues depuis.

J'ai été également bien triste de quitter Chi Oanh, cô Huyen et em Thanh. Car qui sait si je les reverrai un jour?

Il a fallu également emballer tous mes couteaux et autres affaires...au total j'ai quitté Cao Bang avec presque 60kg. J'étais arrivé avec 18kg...forcément on ne rentre pas d'un stage de forge les mains vides!

Le bus était réservé, les derniers achats emballés (cô huyen m'a offert un ventilateur (soufflerie) de forge au dernier moment)...il ne restait plus qu'a dire au revoir a ong kin.

A vrai-dire on ne s'est pas dit grand chose. Il s'est contenté de me dire d'un ton très sarcastique que javais raté mon apprentissage et qu'en gros je ne l'avais pas mérité...ceci dit uniquement dans le but de blesser tout en sauvant la face.

Ces dernières paroles furent assez méchantes mais je n'y ai pas trop prêté attention car je sais que j'ai donne tout ce qui était possible au cours de cet apprentissage très exigeant. Je ne l'ai écouté que d'une oreille. Je sais ce dont je suis capable et je sais également qu'il ne m'a jamais, sauf les derniers jours, donné les moyens de réellement progresser par moi-même...jamais il ne m'a laissé forger quelque chose par moi même. Toujours, comme je l'expliquerai plus tard, l'appât dû gain.toujours plus...

Le rapport de cet homme envers l'argent est trop complexe a expliquer ici, je rédigerai plus tard la dessus. Pour résumer, disons qu'il vendrait sa mère si elle était en acier.

Pour finir, il me jette dans les mains un sabre qu'il a forgé la veille pour moi. Je n' en voulais pas car ça ne avait aucun sens, mais je l'ai accepté pour qu'il croie que cet objet avait de la valeur, ce qui n'est pas le cas pour moi. En effet cet homme a une fâcheuse tendance a croire qu'on peut acheter le respect par des objets...

Enfin, il me tend des chaussures neuves en me disant qu'il ne les porte plus et dire je peux les garder en souvenir. Mais je le connais suffisamment pour savoir qu'il ne donne jamais quelque chose réellement gratuitement...et effectivement comme je l'avais deviné il m'a demandé de lui donner mes chaussures...

or comme je l'ai appris une heure plus tard les chaussures qu'il m'a offert généreusement ne sont pas les siennes mais celles de son fils...quelle générosité. Inutile de vous préciser que j'ai récupéré mes propres chaussures vite fait et devant toute la famille, car on ne se moquera pas de moi plus longtemps. Tant' pis pour sa fierté...

J'ai également laissé, comme je l'avais promis, mon compact numérique a Thanh le fils d'ong kin. Je lui ai donné quelques bases de photo shop avant de partir. Il était entendu (J'en avais discuté avec Ong Kin)que ce cadeau était pour Thanh. J'avais acheté ce numérique en janvier exprès pour le blog vie bovinh, pour ce voyage uniquement.

Hélas c'était sans compter la mesquinerie de cet homme, qui a attendu que son fils dorme pour lui voler mon cadeau...sans autre forme de proces. On ne ne saura jamais pourquoi puisqu'il ne s'en servira jamais...tout simplement par pure vengeance. Ce qui est sur c'est que thanh ne reverra plus jamais ce cadeau. Car tout ce que ong kin met dans sa chambre, vous ne le reverrez qu'a sa mort...cette fameuse chambre qu'il ferme a clef jour et nuit car il craint que sa propre famille lui vole son précieux pactole...hélas...un cadeau pour rien, qui finira dans un tiroir...

À vrai dire j'avais dit a thanh de toujours garder cet appareil sur lui mais ni lui ni moi n'aurions pense que son père le volerait pendant son sommeil...

Ce dernier acte de lâcheté ne fait que confirmer ce que je pense d'ong kin...Qui considére qu'il possède les gens matériellement et moralement (sa femme)...car il croit réellement qu'il est la seule personne bien au vietnam.

C'est d'ailleurs pourquoi au dernier moment il a «oublié» de me donner deux ou trois choses qu'il m' avait promises. Une façon de dire «tu ne les mérites pas». Il a même échangé le marteau qu'il m'avait donné un mois auparavant...

Ce dernier soir donc, dernier repas tous ensemble, co huyen avait préparé des nems (trois mois avant, je lui avais dit «le jour ou je partirai tu me feras des nems?»).

Ce fut bien triste. A vrai dire j'aurais préféré partager cette dernière soirée juste avec co huyen et thanh...heureusement la veille je les avais invités a manger en ville sans ong kin.

Je suis parti un peu perturbé par ces dernières réactions mais tout de même le coeur léger...au final tant pis que ça finisse ainsi, l'essentiel était que j'étais resté moi même jusqu'au bout, refusant de céder à ce harcèlement moral dont fait preuve ong kin envers sa famille.

Puis ce fut le départ, co huyen et thanh m'ont accompagné a la gare et j'ai pris un bus de nuit pour Hanoi. Après neuf heures de trajet j'arrivai sous la pluie a 5h du matin et j'ai pris un Taxi pour rejoindre la maison de mon oncle Chu Binh en centre ville.

Une journée avec eux et le même soir je prenais un autre bus pour Hue. Treize heures plus tard j'arrivais a hué, ou j'ai rejoint un autre oncle par alliance le temps d'un repas. En début d'après midi nouveau bus pour Hoi An. Quatre heures de trajet, deux heures de répit puis un autre bus de nuit pour Nha Trang, ou je suis arrivé le lendemain a 5h du matin. je pris un hôtel pour me reposer car le bus suivant était prévu à 20h30. Je passai cette journée à vadrouiller un peu et grignoter un peu partout.

Enfin, dernier bus de nuit...j'arriverai le lendemain matin a 6h a HCM, un peu fatigué par ce trajet de trois jours, et chargé comme une mule : 16 kg dans le sac et presque 45kg dans une malle en métal!!

J'ai ensuite passé quelques jours en famille; puis ai pris un bus pour sa déc. L'occasion de revoir Thao et aussi de revoir cette petite ville fluviale que j'appele la Cao Bang du sud : je n'y avais passé que cinq jours en janvier, mais j'y avais fait beaucoup d'images et la sympathie des gens m' avait marqué.

Ce qui est drôle c'est que beaucoup de gens m'ont reconnu!!! Hélas l'accent du sud est réellement très différent du nord...et du coup, très difficile à comprendre pour moi alors qu'à cao bang je me débrouillais plutôt bien...

Dans quelques jours je retournerai a Hcm, notamment pour envoyer mes 40kg de surplus de bagage...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire